Cours d’épée longue – Joachim Meyer – Introduction au système

<= Retour au sommaire

Joachim Meyer est né à Basel en Allemagne, puis vit à Strasbourg. Il a publié plusieurs traités d’escrime dans la seconde moitié du XVIème siècle. Celui que nous étudions dans ce cours est le traité imprimé de 1570.
Ses autres ouvrages sont :
– le MS A.4º.2 : un manuscrit (donc écrit à la main), vers 1560 => traduit en anglais mais pas en français. Ce traité est assez reconnaissable par ses illustrations très colorées.
– un autre manuscrit en 1561, mais qui a été perdu
– le Ms.Varia 82 : un manuscrit écrit vers 1570 où il reprend les textes d’anciens maîtres de la tradition de Liechtenauer

Image du traité de 1560

Image du traité de 1560

Image du traité de 1570

Image du traité de 1570

Une double page du traité de 1560 avec l'image à gauche et le texte manuscrit à droite

Une double page du traité de 1560 avec l’image à gauche et le texte manuscrit à droite

Remarque : les pratiquants d’AMHE médiévaux ont parfois la mauvaise habitude de confondre les mots « traité » et « manuscrit », mais dans le cas d’un traité imprimé tel que celui de 1570, ce n’est pas un manuscrit puisqu’il est imprimé. En revanche au moyen-âge tous les traités sont des manuscrits (l’imprimerie n’ayant pas encore été inventée).

Joachim Meyer appartient à la tradition de Johannes Liechtenauer qui débute vers le fin du XIVème siècle avec le premier traité de cette tradition : le Ms3227a.
Cependant Joachim Meyer se distingue de cette tradition en la modernisant : il rajoute des techniques, en enlève d’autres, change des principes etc… Bref il reprend la tradition liechtenaurienne à sa sauce. Dans son traité il cite parfois les anciens maîtres qui l’inspirent. Son traité fait date, puisqu’il devient une référence, des auteurs plus tardifs comme Jacob Sutor reprennent son système.

A l’époque de Joachim Meyer, l’épée longue n’est plus l’arme utilisée couramment, par exemple pour les duels. La « rapière » l’a supplanté dans ce rôle. Au lieu du terme « rapière » il vaut mieux cependant parler d’épée de côté (sidesword en anglais) ou d’épée de taille et d’estoc. En effet ces épées sont différentes des rapières du début du XVIIème siècle, plus longues et fines.
Dans le traité de Joachim Meyer il y a d’ailleurs un chapitre dédié à la rapière, celle de la fin XVIème.

Constatez la différence, à gauche une épée de côté, à droite une rapière.
(Ces deux épées ont été réalisé par Marco Danelli, retrouvez ses œuvres sur : www.danelliarmouries.com )

Une épée de côté style fin XVIème

Une épée de côté style fin XVIème

Une rapière style début XVIIème siècle

Une rapière style début XVIIème siècle

Donc à l’époque de Joachim Meyer les duels se règlent avec l’arme que l’on voit ici à gauche.

L’épée longue, elle, continue d’être pratiquée par plaisir et tradition. Il est d’ailleurs régulièrement organisé, à Strabsourg mais ailleurs aussi, des « fechtschule », sorte de compétition-spectacle où les escrimeurs devaient montrer leurs compétences.
Lors de ces « compétitions » le but n’était pas de tuer son adversaire, alors les coups étaient adaptés afin de réduire leur dangerosité. Par exemple l’interdiction de donner des coups d’estoc ou l’obligation de porter ses coups avec le plat de la lame plutôt qu’avec les tranchants.
Il ne faut pas oublier qu’à l’époque ils ne portaient pas de masque d’escrime. Le masque d’escrime étant inventé vers 1750 par le français Nicolas Texier de la Boëssière.

Une fechtschule en 1585

Une fechtschule en 1585

Ainsi le style à l’épée longue de Joachim Meyer est semblable à celui de la tradition de Liechtenauer, mais modifié et adapté au contexte du XVIème siècle, avec par exemple l’introduction des coups du plats, et l’absence de coups d’estoc, bien qu’on retrouve des menaces d’estoc.
Nous au XXIème siècle, avec nos masques et nos vestes, nous pouvons nous permettre de tester ces coups qui devaient simplement menacer d’estoc pour en faire de vrais coups d’estoc qui touchent.

Le traité de 1570 est composé de différents chapitres sur les armes suivantes :

  • l’épée longue
  • la rapière (épée de côté), associé éventuellement avec une dague
  • le dusack (petit sabre à une main)
  • la dague, avec une partie sur la lutte sans armes
  • les armes d’hast : bâton, pique et hallebarde

Joachim Meyer meurt de maladie à l’âge de 34 ans le 10 février 1571,  après avoir voyagé en plein hiver afin de rejoindre la cour du duc Jean-Albert 1er de Mecklembourg qui venait de l’engager comme maître d’armes…

Plus d’info sur Joachim Meyer (en anglais) :
http://wiktenauer.com/wiki/Joachim_Me%C3%BFer

Plus d’info sur Jacob Sutor – qui reprend le traité de Meyer (en anglais) :
http://wiktenauer.com/wiki/Jakob_Sutor_von_Baden

Plus d’info sur Nicolas Texier de la Boëssière – qui invente le masque d’escrime :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Texier_de_la_Bo%C3%ABssi%C3%A8re