Cours d’épée longue – Joachim Meyer – Les gardes

<= Retour au sommaire

Il existe 13 gardes dans le système de Joachim Meyer. Meyer insiste sur le fait que les gardes ne sont pas des positions dans lesquels ont doit camper et rester immobile. Il faut au contraire passer d’une garde à l’autre, toujours en mouvement, voire en faisant une frappe entre chaque garde.

Certaines sont cependant plus « stables » et il est parfois pratique de s’y attarder un peu plus longtemps.

Des termes clés :

  • Hut : garde. De nombreux noms de garde se terminent par « hut« . Exemple zornhut qui signifie « garde furieuse » ou « garde de la colère ». On retrouve le terme « zorn » dans le coup « zornhau » traduit en « coup furieux », et « hau » signifiant « coup ».
  • Ort : pointe. D’autres gardes sont définit en fonction de la pointe, telle la langort (longue pointe), ou la hengenort (pointe suspendue).

Par rapport au système Liechtenauerien « orthodoxe » Joachim Meyer ajoute et modifié un grand nombre de garde. Dans le système orthodoxe, il n’existe que 4 gardes fondamentales :

  • Von tag : qui peut-être tenue l’épée à l’épaule ou au dessus de la tête ; alors que chez Meyer c’est uniquement au dessus de la tête. A l’épaule elle s’appelle désormais Zornhut.
  • Ochs
  • Pflug
  • Alber

Certaines positions comme la barrière sont aussi présente dès le 15ème siècle, cependant elle ne sont pas élevée au rang de garde. Meyer en fait des gardes à part entière, leur accordant ainsi davantage d’importance.

Les 13 gardes de Joachim Meyer :

A gauche : la garde du jour - A droite : la garde du fou

A gauche : la garde du jour – A droite : la garde du fou

Tag (Vom Tag) – Garde du jour (garde du toît)

Comme expliqué plus haut, Vom tag ou simplement Tag est une garde ancienne, qui se tenait essentiellement à l’épaule, et pouvait aussi se tenir au dessus de la tête.

Au niveau des traductions en français vous entendrez parfois parler de garde du jour, ou de garde du toît, c’est la même chose, c’est deux termes français sont la traduction du même terme allemand Vom tag.

Chez Joachim Meyer elle se tient exclusivement au dessus de la tête. Celle à l’épaule devenant Zornhut.

Olber (Alber) – Le fou

La garde du fou n’a pas changé depuis le 15ème siècle.

A gauche : la garde du boeuf - A droite : la garde de la charrue

A gauche : la garde du boeuf – A droite : la garde de la charrue

Ochs – Le boeuf

La garde du boeuf n’a pas changé depuis le 15ème siècle.

Pflug – La charrue

La garde de la charrue a peu changé depuis le 15ème siècle. La différence c’est qu’au 15ème siècle, on tourne son vrai tranchant vers le ciel quand on fait la garde de la charrue à gauche.

A gauche : la garde furieuse - A droite : la garde de la licorne

A gauche : la garde furieuse – A droite : la garde de la licorne

Zornhut – La garde furieuse

La garde furieuse est l’évolution de la garde Vom tag qui existait au 15 ème siècle. Elle est sa déclinaison tenue à l’épaule. Joachim Meyer la montre avec une balance (équilibre) ayant le poids sur le pied arrière.

Mais on pourrait généraliser en disant que lorsque l’on tient son épée à l’épaule c’est une garde furieuse.

Eynhorn – La licorne

La licorne est une garde nouvelle de Joachim Meyer.

A gauche : la garde de la clef - A droite : la garde du changement

A gauche : la garde de la clef – A droite : la garde du changement

Schlüssel – La clef

La clef est une garde nouvelle de Joachim Meyer.

Wechsel – Le changement

Le changement est une garde nouvelle de Joachim Meyer.

C’est davantage une position de passage qu’une garde dans laquelle on va rester, même si rien ne l’empêche. D’ailleurs son nom est peut-être évocateur à ce sujet, on y passe, mais on change rapidement pour une autre position.

schranckhut_et_hangetort

A gauche : la garde de la barrière – A droite : la pointe suspendue

Schranckhut – La barrière

La porte de fer est un nom récurrent qu’on retrouve dès le 15ème siècle.

Hangetort (Hengenort) – Pointe suspendue

Le pointe suspendue est une garde nouvelle de Joachim Meyer. Cependant les hengen (suspension) sont des positions essentiels du système Liechtenaurien orthodoxe.

A droite : la longue pointe

A droite : la longue pointe

Langort – La longue pointe

La longue pointe est une des positions récurrentes et essentielles au 15ème siècle (et même avant comme dans d’autres traités tel le I.33, un traité d’épée-bocle).

C’est davantage une position de passage qu’une garde dans laquelle on va rester, même si rien ne l’empêche.

Nebenhut – La garde de côté

La garde de côté est une garde qui apparaissait déjà occasionnellement au 15ème siècle.

Eisenport – La porte de fer

La porte de fer est un nom récurrent qu’on retrouve dès le 15ème siècle en Allemagne mais aussi en Italie chez Fiore dei Liberi.

Elle est souvent synonyme de la garde de la barrière (une barrière, ou une porte de fer c’est similaire). Cependant Joachim Meyer précise bien que dans son système ce n’est pas la même garde. Il en fait la description mais sans fournir d’image.

Autre position :

Tout comme dans la tradition de Liechtenauer du XVème siècle où des positions comme la barrière ne faisait pas partie des « gardes officielles », chez Joachim Meyer il existe aussi une position récurrente qui ne fait pas partie des gardes :

Kron – La couronne

Copyright

Les images présentent sur cette page sont des images restaurées du traité de 1570. Ce travail de restauration a été fait par Draupnir Press :
http://www.draupnirpress.com/CC/creativecommons.html